Sélectionner une page

Le 7 mars 2019, le CNC (centre national du cinéma et de l’image animée) a rendu public une enquête sur la place des femmes dans l’industrie cinématographique. Même si la situation tend à s’améliorer, il reste encore de nombreuses inégalités entre les hommes et les femmes dans le secteur de la production de film. Retour sur cette enquête avec Marc Dingreville, directeur du Cinéma de Domont.

De plus en plus de femmes réalisatrices…

De 2008 à 2017, l’enquête nous montre que le pourcentage de femmes réalisatrices de longs métrages est en hausse. En effet, il a augmenté de 62,8% pour atteindre 23,3%. Du côté des courts métrages ont constateé que la tendance est en légère baisse (3,5%). Mais, 32,3% de ces films sont tout de même réalisés par des femmes.

L’enquête fait d’ailleurs ressortir une nouvelle génération de réalisatrices de talent. Parmi elles, on trouve : Rebecca Zlotowski, Julia Ducournau, Valérie Donzelli ou encore Claire Burger.

Dans le domaine de la production des films de fiction, on remarque aussi que la tendance est à la hausse. En effet, en 2009, elles ne représentaient que 40,8% des effectifs alors qu’en 2016, ce pourcentage atteignait les 43,2%. Dans ce domaine se sont surtout les postes de scripte et assistante scripte, de coiffeuse, de maquilleuse et de costumière et habilleuse qui sont les plus occupés par des femmes. L’exploitation cinématographique, quant à elle, compte une majorité de femmes dans ses effectifs (51,6%). Malgré ses avancées en termes de parité, des inégalités persistent toujours dans l’industrie cinématographique.

Mais les inégalités persistent  

Tout d’abord, on constate qu’il y a moins d’argent investi dans les films réalisés par des femmes. Même si le budget moyen alloué à ces projets a augmenté, la hausse reste faible et inférieure aux films réalisés par des hommes. En effet, il n’a augmenté que de 4,3% et reste en moyenne inférieur de plus de 2 millions d’euros aux films masculins.

De plus, comme dans de nombreux autres secteurs, les femmes sont aussi moins bien payées que les hommes dans l’industrie cinématographique. L’étude du CNC révèle qu’une réalisatrice de long métrage gagne, en moyenne, 42,3% de moins que son homologue masculin. Même chose dans les métiers de l’administration de production, le personnel féminin est payé 38,9% de moins que les hommes.

Pour être tout à fait complet, il est important de préciser que, dans de rares cas, les femmes ont un salaire supérieur à celui des hommes. C’est notamment vrai pour les postes de scriptes. Les femmes y sont payées, en moyenne, 18% de plus que leurs collègues masculins.

En résumé, l’enquête du CNC nous permet de voir que les choses évoluent mais de manière assez lente. De nombreux progrès sont encore à faire sur les salaires et les budgets alloués aux films réalisés par des femmes. Marc Dingreville, nous fait remarquer, que le CNC a mis en place plusieurs mesures pour accompagner cette évolution : bonus de 15% aux productions qui respectent la parité ou encore l’obligation d’inclure des statistiques de genre dans les dossiers d’agrément des films.